lundi 1 février 2010

Château de Chantilly, Musée Condé

Raphaël 1483-1520, Les trois Grâces (Crédit Photo, RMN)
Cliquez sur la photo pour visionner le clip
*-*-*
Le château de Chantilly se situe à Chantilly (Oise), France, dans un site remarquable de la vallée de la Nonette, affluent de l'Oise.
À l'exception du "Petit Château", construit au XVIe siècle par Jean Bullant, le château actuel est une reconstruction du XIXe siècle sur des plans de l'architecte Honoré Daumet pour le dernier fils du roi Louis-Philippe Ier, Henri d'Orléans, duc d'Aumale (1822-1897), héritier du domaine, qui y installa ses collections de peintures, de dessins et de livres anciens.
Il légua l'ensemble à l'Institut de France, sous le nom de musée Condé. Le château occupe l'emplacement d'une forteresse médiévale. "Les Grandes Ecuries", construites de 1719 à 1740, chef-d'œuvre de l'architecte Jean Aubert abritent aujourd'hui le Musée vivant du cheval. Les jardins sont une des plus remarquables créations d'André Le Nôtre. La ville de Chantilly s'est développée à l'ouest du château pendant et après la Révolution française.

video

La Grande Singerie de Chantilly après sa restauration Depuis fin janvier 2008, la Grande Singerie du château de Chantilly expose à nouveau ses belles peintures et ses magnifiques dorures au public. Il aura fallu 6 mois et quelques 600 000 euros pour cette restauration très minutieuse et respectueuse de l'histoire de cette pièce. La conservatrice du musée Condé, Nicole Garnier, nous donne quelques clés pour comprendre la symbolique de ce boudoir extraordinaire, peuplé de singes et d'hommes, de chinoiseries et autres mystères, qu'une visite, même approfondie, ne permet pas de saisir totalement

Les Collections du musée Condé
Historique En 1886 Henri d’Orléans, duc d’Aumale (1822-1897), fils du roi Louis-Philippe, donnait à l’Institut de France, dont il était membre, son château de Chantilly et les collections qu’il y avait réunies afin de créer le musée Condé à condition de ne pas prêter les collections et de ne pas modifier sa présentation.
Les peintures Le musée Condé conserve une exceptionnelle collection de peintures, qui serait la deuxième en France après le musée du Louvre pour les peintures anciennes du XVe au XIXe siècle : en effet, aucun autre musée français ne présente trois Raphaël, trois Fra Angelico, un Enguerrand Quarton, plusieurs Clouet, quatre Watteau, quatre Greuze, cinq Nicolas Poussin, cinq Ingres, trois Delacroix, etc, tous de grande qualité. L’orientalisme est bien représenté dans la collection.

Les dessins Chantilly conserve un fonds prestigieux de portraits dessinés du XVIe siècle par Jean et François Clouet, provenant de la collection de la reine Catherine de Médicis. La Renaissance italienne est représentée par des œuvres de Raphaël, Parmesan, Primatice, et de l’école de Léonard de Vinci, comme la fameuse « Joconde nue ». Nicolas Poussin, Claude Lorrain et Eustache Le Sueur représentent le XVIIe siècle. Le XVIIIe siècle est illustré par des dessins de Watteau, de Jean-Baptiste Oudry, et un fonds de 472 portraits aquarellés de Carmontelle, familier du duc d’Orléans qui a croqué les personnalités de son temps, dont Mozart enfant ou les scientifiques du Siècle des Lumières (Buffon, etc). Le duc d’Aumale, brillant militaire qui s’illustra lors de la prise d’Abd el-Kader en 1843, acquit dans les années 1880 un fonds de portraits de militaires français dessinés ou réunis par Auguste Raffet.
Les photographies anciennes Le duc d’Aumale s’est intéressé à la photographie : les clichés les plus anciens datent des années 1850, avec une cinquantaine de clichés pris par l’anglais Roger Fenton lors de la Guerre de Crimée en 1854. La plupart des « primitifs » de la photographie sont représentés : Baldus, les frères Bisson, Braun, Gustave Le Gray, Louis-Rémy Robert, le vicomte Vigier, etc.
Les estampes Le musée Condé conserve un fonds de portraits historiques français gravés du XVIe au XIXe siècle (environ 2 500 pièces).
Les objets d’art Le mobilier de Chantilly comprend des pièces d’origine royale comme la commode du roi Louis XVI à Versailles, un canapé et des chaises de Jacob ayant appartenu à la reine Marie-Antoinette ou le mobilier commandé par Louis XVI pour le château de Saint-Cloud.
Chantilly conserve un fonds de près de 350 miniatures, des portraits provenant pour la plupart des princes de Condé, des ducs d’Orléans, ou de la maison de Habsbourg et de Bourbon-Siciles. Le musée Condé conserve une collection de porcelaine tendre de Chantilly (XVIIIe siècle), de Sèvres, Paris et Naples.
Source: Musée Condé

13 janvier au 5 avril 2010
Petites marques, grands collectionneurs

Les marques de collection dans le dessin du XVIe au XIe siècle
Musée Condé à Chantilly
.
Château de Chantilly

11 commentaires:

  1. Magnifique château avec des oeuvres intéressantes que je vous recommande...Bonne journée Kenza

    RépondreSupprimer
  2. C'est effectivement un très beau château, sans oublier son Parc et ses Grandes Ecuries!
    J'ai visité deux fois le château de Chantilly et c'est de la Petite Singerie que je me suis inspirée pour décorer une petite chambre...
    Très belle journée à vous

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Kenza,

    heureusement qu'il me reste encore en France de beaux endroits à découvrir...
    souvent on va courir le monde alors que tant de beautés sont là tout près...

    RépondreSupprimer
  4. Je ne connais que les écuries et le musée du cheval où j'avais emmené deux classes de l'école maternelle de Balisy après avoir eu leur premier baptême poney au salon du cheval, Porte de Versaille...
    Nous y avons vu un très beau spectacle avec de beaux chevaux bien toilettés.
    Il me reste à visiter le château et ses collections. Merci de ce billet bien documenté, bonne soirée!

    RépondreSupprimer
  5. J'aime l'art! Et votre espace est si belle et charmante ... Je vais suivre de près ses traces ...
    Félicitations de l'Argentine
    Sofia.

    RépondreSupprimer
  6. Cette pièce de la Singerie est absolument magnifique.
    Je ne la connaissais pas .

    Bises de Málaga.

    RépondreSupprimer
  7. Merci pour ce billet très intéressant sur toutes les richesses de ce splendide château.
    Tu as dû te régaler aussi, lors de tes visites, pour les Orientalistes et les petits Angelots...une chance qu'il reste encore tout ce patrimoine, quand on pense à tout ce qui a été détruit à la Révolution Française !
    Je vais jeter un coup d'oeil à la Petite Singerie dont tu parles, pour découvrir tes goûts en la matière !
    Bonne soirée Kenza

    RépondreSupprimer
  8. J'ai eu beaucoup de bonheur à faire le tour du parc il y a plus de quinze ans. Et si je me suis dit alors qu'il faudra que je visite l'intérieur un jour, grâce à ton billet, j'ai encore plus envie de le faire!

    RépondreSupprimer
  9. @ Double je
    La France, terre du Siècle des Lumières nous promet chaque jour de très belles découvertes !!
    Très belle soirée Elisanne

    @ Enitram
    Tu connais déjà les écuries, il te faudra bien une bonne partie de la journée pour visiter le château, sans oublier la petite pause au restaurant, avec un petit dessert à la chantilly…

    @ Ophelia
    Bienvenue Sofia ! Je te remercie pour ta visite ainsi que pour ton très gentil commentaire.
    Amicalement

    @ Annick
    Il y en a une autre Singerie plus petite. Les scénettes de singes mimant les humains sont grinçantes de vérité !!
    Bisous de Touraine

    @ VenetiaMicio
    A chacune de mes visites c’est l’émerveillement ! Tu m’en diras des nouvelles…
    Très belle soirée

    @ Lali
    Après le Parc, il te faudra absolument visiter le château !
    Très belle soirée Lali

    RépondreSupprimer
  10. Etant malade, je peux prendre mon temps pour savourer ton blog, bel hommage à un château que je ne connais pas encore, à voir, bises Martine

    RépondreSupprimer
  11. Ma chère Martine, je suis bien triste de te savoir souffrante. Je te souhaite de vite reprendre le dessus!!
    Gros bisous et bon rétablissement

    RépondreSupprimer

«Trois opérations : Voir, opération de l’œil. Observer, opération de l’esprit. Contempler, opération de l’âme. Quiconque arrive à cette troisième opération entre dans le domaine de l’art.» Emile Bernard